Q&A avec l'équipe suisse

Les athlètes d’élite suisse qui s’affronteront le 12 mars prochain lors des Arena Games Triathlon pour le titre de champion du monde eSports ont répondu à nos questions. 

Fabian, quel est pour toi la motivation de participer aux Arena Games?
Les Arena Games sont un format de course extrêmement innovant et passionnant que je ne voulais pas laisser passer. Les courses virtuelles font partie de l’avenir et sont très conviviales pour les spectateurs car tout se passe dans une salle fermée. Je me réjouis d’avance de l’ambiance qu’il y aura!

Est-ce que tu te prépares spécialement pour cette compétition en salle?
Les derniers jours d’entraînement, je serais certainement plus souvent sur le smarttrainer et le tapis de course afin d’être prêt pour les circonstances.

Qu’est-ce qui te vient à l’esprit 60 secondes avant le début de la compétition?
Juste avant le départ, je me dis que c’est le moment de montrer ce pour quoi je me suis entraîné si dur pendant si longtemps. Je vois cela comme une opportunité, pas comme une obligation.

Qui est ton adversaire le plus redouté le 12 mars?
Simon Westermann.

Pourquoi les fans devraient-ils se rendre à Sursee ou suivre les E-Games à l’écran ?
La course sera rapide, passionnante et dynamique et, en tant que spectateur, on sera au plus près de l’action à chaque seconde!

Quelles sont les chances d’une victoire suisse?
Qui sait ce que peut représenter l’avantage d’être à domicile ? Les Suisses sont toujours prêts à nous surprendre 😉.

Quel est ton trait de caractère le plus typique?
Déterminé et juste.

Sur quoi ne peux-tu jamais renoncer?
L’adrénaline. Il y en a certainement assez aux Arena Games de Sursee.

Cathia, quel est pour toi la motivation de participer aux Arena Games?
Les Arena Games sont des courses courtes et dynamiques ce qui me plaît. L’ambiance qu’il y a, avec tous les spectateurs dans l’arène, est une expérience unique. 

Est-ce que tu te prépares spécialement pour cette compétition en salle?
Nos conditions d’entraînement ici au centre sont parfaites pour simuler cette course. On va utiliser l’avantage que l’on a de courir à la maison.

Qu’est-ce qui te vient à l’esprit 60 secondes avant le début de la compétition?
J’ai un monologue positif et motivant. Puis, je fais le vide dans ma tête pour être prête au signal de départ.

Qui est ton adversaire le plus redouté le 12 mars?
Olivia Mathias.

Pourquoi les fans devraient-ils se rendre à Sursee ou suivre les E-Games à l’écran ?
C’est une course intéressante à regarder car tous se passe vite, la course est dynamique et l’on peut suivre l’effort de chaque athlète du début à la fin. L’ambiance dans l’arène est hors du commun, c’est un vrai show qui aura lieu. 

Quelles sont les chances d’une victoire suisse?
Je pense qu’il faudra être attentif, tout peut arriver.

Quel est ton trait de caractère le plus typique?
Je suis spontanée, je ne laisse aucune occasion m’échapper. 

Sur quoi ne peux-tu jamais renoncer?
Je ne pourrais jamais me passer du challenge que ce sport de haut niveau m’apporte.

 

Simon, quel est pour toi la motivation de participer aux Arena Games?
Une course à la maison est toujours un moment fort. Je ne voulais pas laisser passer l’occasion de participer à une course aussi bien médiatisée devant ma porte.

Est-ce que tu te prépares spécialement pour cette compétition en salle?
Nous, les athlètes du NLZ, sommes dans une situation idéale: nous pouvons nous préparer spécifiquement à la course dans des conditions de compétition. Nous allons bien sûr profiter de cette opportunité.

Qu’est-ce qui te vient à l’esprit 60 secondes avant le début de la compétition?
Je planifie généralement mon temps avant la compétition de manière très précise et je fais tous les préparatifs conformément à ma liste. 60 secondes avant le départ, j’ai souvent conscience de la situation dans laquelle je me trouve. Dans le meilleur des cas, cela s’accompagne d’une certaine gratitude. Ensuite, je passe en revue rapidement toutes les étapes importantes et les données de référence (p. ex. le nombre de tours).

Qui est ton adversaire le plus redouté le 12 mars?
Je sors d’un camp d’entraînement réussi avec Swiss Triathlon à Fuerteventura, avec quelques entraînements qui laissent supposer une très bonne forme en février. Toujours accompagné de Fabian Meeusen, je sais donc qu’il se présentera sur la ligne de départ tout aussi bien préparé!

Pourquoi les fans devraient-ils se rendre à Sursee ou suivre les E-Games à l’écran ?
Si les Arena Games se fixent un but, c’est bien celui du divertissement. Le centre sportif de Sursee sera transformé en salle de spectacle et l’on essaiera également de transmettre le plus d’actions intéressantes possibles par le biais de l’écran. Cela rendra la course attractive.

Quelles sont les chances d’une victoire suisse?
Autre question: qu’est-ce qui s’y oppose? 😉
 
Quel est ton trait de caractère le plus typique?
Je me décrirais comme emphatique. A l’entraînement mais aussi en compétition, je pense que cela se traduit par une bonne vision d’ensemble de ce qui se passe autour de moi avec les personnes. A l’entraînement, je ne me laisse pas déstabiliser lorsque les choses vont plus vite que prévu. En revanche, en compétition, je peux toujours me surpasser par rapport à mon «moi d’entraînement».  

Sur quoi ne peux-tu jamais renoncer?
Pour moi, ce sont les émotions liées à la compétition, mais aussi à l’entraînement seul ou en groupe. Ma plus belle expérience a été les championnats d’Europe à Munich l’année dernière. C’est là que nous avons réalisé comment nous parvenions à transmettre des émotions aux autres par le sport. Après la médaille de bronze, il y avait une ambiance sereine et festive que je n’oublierai pas de sitôt. C’est à ce moment que j’ai ressenti la force des liens que crée le sport.

Nora, quel est pour toi la motivation de participer aux Arena Games?
Les séries de courses de la Super League Triathlon, dont les Arena Games, sont des formats de course nouveaux, innovants et très passionnants en triathlon. Les différentes courses sont courtes et intenses. C’est justement ce que je trouve très cool. La compétition est en salle et se déroule comme une course de sport virtuel. Essayer quelque chose de nouveau me plaît beaucoup.

Est-ce que tu te prépares spécialement pour cette compétition en salle?
Du point de vue de l’entraînement, je ne vais pas faire beaucoup de changement. Je vais probablement courir une ou deux fois sur le tapis de course et faire du vélo sur le Smarttrainer.

Qu’est-ce qui te vient à l’esprit 60 secondes avant le début de la compétition?
J’essaie de rester détendue et de ne pas trop me crisper. De plus, j’essaie de me répéter des pensées positives.

Qui est ton adversaire le plus redouté le 12 mars?
Les adversaires, ce sont tous les adversaires. Je ne les crains pas, mais je les respecte.

Pourquoi les fans devraient-ils se rendre à Sursee ou suivre les E-Games à l’écran ?
Les gens doivent venir et voir en direct que le triathlon est le meilleur sport qui soit. A Sursee, ils auront la chance de voir certains des meilleurs athlètes du monde en action. Et bien sûr, ils pourront nous soutenir, nous les athlètes suisses!

Quelles sont les chances d’une victoire suisse?
Je dirais que rien n’est impossible et que beaucoup de choses peuvent arriver en triathlon. Les Suisses n’ont donc certainement pas perdu toute chance!

Quel est ton trait de caractère le plus typique?
Enthousiaste, détendue et parfois un peu blonde 😉.

Sur quoi ne peux-tu jamais renoncer?
Manger, dormir et boire du café.

Facebook
WhatsApp
Email